AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Dis pas de mal des cochons, ils valent mieux que la plupart des gens. ✘ -pablo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar
Zicò L. Pyande
EQUIPE BLEUE
Je suis une Français/Française

PASSEPORT
MESSAGES SUR LE FORUM : 314
AVATAR : Hayden hot-Christensen
DATE D'ARRIVÉE : 20/04/2012
CRÉDITS : ® cy-cy (.cyrine)
NOW PLAYING : Noir Désir ▬ Un jour en france.
SOCIAL LIFE

Passeport
TOPICS: ✔ DISPONIBLE
RELATIONS:
CONTACT


21.04.12 11:19 | Message#97245 Voir le profil de l'utilisateur

« Les conneries sont là, à attendre qu’on les fasse,
et si tu les fais pas c’est que t’es qu’une couille molle. »


Paris, capitale de la France. Paris, capitale des embouteillages. Paris, Paris, capitale des mauvais conducteurs. Paris, capitale du bordel dans les rues. Paris, capitale de... BREF.
Zicò, assis au volant de son taxi, jeta un œil au tableau de bord. Celui-ci indiquait une température extérieure de 22 degrés, ce qui eut pour effet de déclencher un sourire sur le visage du jeune homme. Une belle journée ensoleillée s'annonçait. Non seulement le soleil faisait plaisir à voir, mais en plus, les clients étaient plus décontractés. Ils ne montaient pas dans le taxi en tirant une gueule de quatre mètres de long, en râlant sur le temps et en lui parlant sèchement. Là, même si les discussions tournaient autour du beau temps, ils étaient plus relaxes, plus gentils, plus bavards. Et ça, ça change la journée.
Il avait d'ailleurs entamée celle-ci avec un adorable client. Un petit jeune, de tout juste la vingtaine aux premières vues, et qui était plutôt sociable. Il lui posait des questions sur son job, sur Paris, sur les habitants. Et bien que Zicò ne put répondre correctement à ses interrogations, il put néanmoins le renseigner un temps soit peu. Celui-ci était là pour un concours. Un concours à dieu-se-souvient-quelle école. Cinquante places pour six cent participants, qu'il disait. Quel bordel, tout de même. De plus, il fallait payer pour pouvoir participer. Instantanément, Zicò ne put se retenir la remarque classique du : « eh bien, dans les grandes écoles, ils se font vraiment pas chier. »
Et puis, il était parti. Déposé devant les escaliers de la butte Montmartre. Il avait disparu dans le flot des passants, comme tous ses clients avant lui. Il ne le reverrait sûrement jamais, mais Zicò ne regrettait ni cette rencontre, ni de le voir disparaître. C'était comme ça, c'était son métier.

Il attendit quelques minutes, sur l'emplacement des taxis. Moteur arrêté, il en profita pour ouvrir la fenêtre conducteur et allumer une cigarette. A peine avait-il entamé celle-ci qu'un bruit de portière se fit entendre, et qu'un « Bonjour ! » avec un vieil accent anglo-espagnol retentit dans la voiture. En jetant un simple regard furtif dans le rétroviseur, il lui répondit la même chose, et ajouta, en souriant, le mot récurrent du taxi. « Où est-ce que je vous emmène m'sieur ? ». Son accent français était risible, lui aussi. Il n'avait appris la langue que quelques semaines auparavant, et son anglais natal le trahissait.
Le jeune homme lui répondit une adresse, en anglais. Et Zicò ne put retenir un petit rire. « Okay sir, let's go to infinity, and beyond ! And speak english dude ! » C'était familier, comme langage, mais peu importe. Il aimait à ce que ses clients se sentent à l'aise dans sa bagnole, son petit lieu de vie, de rencontres, d'amitiés de cinq minutes, et parfois d'engueulades qui paraissaient interminables...
Zicò fit vrombir le moteur, et le taxi s'engagea dans la circulation. Jetant des regards furtifs à son passager par le biais du rétroviseur, il entama la conversation. Il aimait parler, ça lui changeait les idées. Parce qu'avec le bordel que sont les rues de Paris, il y avait de quoi péter un câble. « So, you come from England, aren't you ? What brings you to Paris ? Friends ? Job ? Tourism ? » Et comme à chaque fois, son intonation laissait sous-entendre que le client avait le choix de trouver cette question trop personnelle ou non. De répondre ou non. De laisser le voyage dans un silence interminable, ou de faire de ce petit temps un moment agréable.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Pablo n. Warholl
SEXY ME
i'm fucking crazy admin

PASSEPORT
MESSAGES SUR LE FORUM : 850
AVATAR : Harvey newton Haydon
DATE D'ARRIVÉE : 17/04/2012
CRÉDITS : blueorchid
NOW PLAYING : yeah yeah yeah ▬ heads will roll
Masculin
SOCIAL LIFE

Passeport
TOPICS: ✘ INDISPONIBLE
RELATIONS:
CONTACT


22.04.12 11:55 | Message#97832 Voir le profil de l'utilisateur

Paris, la belle. Paris, la fashion. Paris, la conasse. Cette ville avait le don de rendre n’importe quel humain furieux, les gens tirant la gueule, donnant des coups de coude pour se frayer un chemin parmi cette foule compact de passant. Si on devait surnommer Paris, je pense que le mot « Hell » conviendrait. Mais en même temps, elle est magnifique. Nous sommes attirés par le mal, pas vrai ? Qui n’aime pas les méchants dans les walt disney ? Jafar et sa classe naturel. Scar et sa voix suave. D’accord ce sont des animés, mais tout de même.
Pablo au fond aimait cette ville, elle a été sa source de liberté durant son adolescence quand il a quitté le foyer. Se retrouver ici lui a fait pousser des ailes, et surtout permis de faire un grand nombre de connerie. Aujourd’hui, il vivait à Londres mais le retour aux sources lui faisait toujours du bien. Et puis, Sia vivait ici à présent. Il venait de sortir du starbucks où elle bossait ; refusant toujours son aide financière qu’il pouvait lui apporter. Mais il respectait son choix, à la même époque Pablo avait dû faire pareil, s’en sortir par ses propres moyens n’hésitant pas à se prostituer pour avoir des tunes. Et autant dire que la prostitution à Paris, bah ça rapporte. Ça rapporte beaucoup même.
Pablo se trouvait vers Montmartre, et comme le jeune homme déteste le métro parisien (regorgeant de merde et d’odeur de pisse) il préféra prendre un taxi. Arrivé à l’air de taxi, il rentre dans le premier qui se trouvait là. Dans la voiture, Pablo retire ses lunettes de soleil. Elles lui étaient indispensables dans les grandes villes. Ancien mannequin depuis peu, les gens se souvenaient encore de sa tête placardée sur les panneaux publicitaire. Et pas besoin de se retrouver encore dans un tabloïd pour qu’on lui casse du sucre sur le dos, activité favorite des journalistes en ce moment. Ces salauds lançaient la rumeur que sa carrière chez vogue était finie à cause d’une histoire de drogue. Bien entendu, ces spéculations sont fausses car c’est Pablo lui-même qui décida de mettre fin à sa carrière, espérant se faire oublier de la jet set londonienne.
Le chauffeur du taxi demanda à Pablo, dans un français maladroit, où il souhaitait se rendre. « Aéroport Charles de Gaulle, please. » Le chauffeur acquiesça avec un petit rire comme si le fait qu’il parle anglais le rassurait. « So, you come from England, aren't you ? What brings you to Paris ? Friends ? Job ? Tourism ? » Ce chauffeur était vraiment atypique comme la plupart du temps Pablo tombait sur des connards qui ne parlait pas, excepté pour demander la destination. Et puis, ce garçon lui rappelait quelqu’un, enfin il pensait le connaitre sans savoir où il avait bien pu le rencontrer. « I’m here for my sister, but I back to London » Il continua de chercher dans sa mémoire savoir où il avait croisé ce type, mais rien ne lui vint à l’esprit. Il sortit son cellulaire de sa poche, et composa un numéro. Le mobile à l’oreille, Pablo attendait que son interlocuteur répond murmurant « Come on Lys ». Mais pas de réponse. Il tomba sur le répondeur, mais ne laissa aucuns messages. Pablo détestait les répondeurs. Il rappellerait plus tard. Enfin il retourna son attention sur ce chauffeur. « My name is Pablo, nice to meet you. What your name, cabman? »
.

ps: si tu souhaites que je change certaines choses dit le moi ;) désolé c'est court.

_________________

•• "'Remember when you were young, You shone like the sun. Shine on you crazy diamond ..."
«anciennement eadan r. bluemoon
Revenir en haut Aller en bas

Dis pas de mal des cochons, ils valent mieux que la plupart des gens. ✘ -pablo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: